Apéritif-tapas autour de la galette des rois – Hôtel Mercure de Bayonne.

Afin de débuter l’année anysetière sous les meilleurs auspices, à l’heure où il est encore temps de se souhaiter des vœux les plus fructueux qui soient, Anysetiers et Sympatisants se sont réunis dans l’atmosphère feutrée de l’Hôtel Mercure le mardi 19 janvier.

Quelques mots d’accueil du Grand Maistre précédèrent l’émouvante intervention du Chancelier Gérard Vinatier qui axa son propos sur la dramatique situation que vivent les Haïtiens. Sitôt l’information connue qu’une souscription était ouverte pour les sinistrés, certains de nos invités ne tardèrent pas à faire preuve de générosité, sachant que leurs dons seraient utilisés très prochainement pour les enfants que nous projetons d’aider, solidaire qu’est la commanderie du Pays Basque avec celle des Landes.

Comme d’habitude, nos amis Landais n’ont pas manqué de se joindre à nous pour partager le buffet-tapas des plus harmonieux et généreusement fourni ainsi que les galettes de rois, mais principalement ces moments cordiaux qui respirent le bonheur.

Ramuntxo Davidoff, Directeur des lieux nous a fait le plaisir d’une petite visite.

Nos échansons, comme d’habitude, ont été à la hauteur de leur réputation pour satisfaire les désirs variés de nos invités.

Si huit rois et reines ont été désignés par le sort, chacune et chacun dut, à son tour choisir, qui son roi, qui sa reine avant de se voir offrir une rose rouge ; petit intermède qui ne manqua pas d’ajouter une touche animée à la soirée.

AMITIE, SOLIDARITE, GENEROSITE, MAITRES MOTS DES ANYSETIERS

Quelques jours plus tard, le 7 février à l’occasion de l’Assemblée Générale des Landes, la commanderie du Pays Basque remettait un don par l’intermédiaire de son Grand Maistre, accompagné de Claude Chabert, Pépi Lancestemère et bien sûr Gérard Vinatier, omniprésent dans toutes les manifestations régionales. Ainsi, dans un premier temps, deux enfants haïtiens pourront être rapatriés, habillés, scolarisés et pris en charge par une famille anysetière landaise. La modeste contribution du Pays Basque ne comblera jamais le vide laissé par la maman décédée mais apportera sans doute quelques jours de plénitude à ces enfants.