Étiquette : Pays-de-neuchatel

L’esprit Anysetier

Les Maistres Anysetiers sont épris d’amitié internationale, de culture et de solidarité confraternelle envers les autres.
A travers la louange de l’anis, plante aux multiples vertus, ils se sont donnés pour mission la tâche ingrate, mais combien exaltante, de faire revivre la légende et la tradition de la corporation médiévale des Anysetiers.
A la fois médecins et apothicaires, ils avaient mis leur connaissance des merveilleuses propriétés de l’Anis au service d’un idéal : servir son prochain. Saint-Louis, en particulier, eut recours à eux dans la lutte contre les maladies et la misère. Il trouva chez eux le goût de la recherche, l’intelligence, et le désir de faire le bien, qualités définissant ” l’esprit Anysetier “.
Le Maistre Anysetier est avant tout un ” honnête homme “. Il a conquis l’estime de tous par son amabilité, sa courtoisie, sa fidélité, sa dignité, sa culture.
Adoptant les règles de chevalerie qui transformèrent si heureusement les moeurs au sortir d’une époque barbare, il fait serment, lors de son intronisation, d’être loyal, fidèle à lui-même et à ses Confrères, de secourir les faibles, d’être courtois envers tous. L’Ordre International des Anysetiers réunit les hommes de bonne volonté et de haute qualité qui entendent défendre et promouvoir les valeurs culturelles et morales qui sont les fondements de notre civilisation.
Le Maistre Anysetier fait sienne la conception de l’Ordre qui, comme l’a si bien dit un Grand Maistre, ” rassemble des hommes et des femmes qui ignorent leurs différences bien que provenant d’horizons si divers aux plans professionnels, politiques, confessionnels et philosophiques. Il partage avec chacun de ses Confrères un désir de mieux faire et d’ouvrer pour améliorer la condition de son prochain “.
Les Maistres Anysetiers se font un devoir de soulager la misère humaine au travers de très nombreuses manifestations organisées au bénéfice d’ouvres sociales, de repas offerts à ceux “du troisième âge”, aux déshérités, d’aide aux étudiants, …
A une époque où la communication utilise les satellites, où les lignes aériennes abolissent les distances, où les villes rassemblent des multitudes d’origines très variées, la malédiction de la Tour de Babel continue de peser sur l’Homme qui, néanmoins, plus intensément que jamais, éprouve le poids de sa solitude.
L’esprit Anysetier, est un langage commun qui permet de rompre cet isolement.
C’est un langage universel, car il souffle sous toutes les latitudes. essaimés de par le monde, de Paris à Genève, de Bruxelles à Venise, de Cologne, de Vienne à Luxembourg et à l’Ile de la Réunion, les Maistres Anysetiers témoignent, par delà les frontières, d’un esprit d’amitié fait de tolérance et de compréhension mutuelle.

Qu’est-ce que notre ordre

Entrer dans notre Ordre, c’est refuser un quotidien monotone, c’est trouver un lieu favorisé d’amitié, d’une amitié chaleureuse venant du cœur, sans calcul, ni arrière pensée. C’est, dans un environnement privilégié, participer à de multiples activités enrichissantes.
Même dans le monde contemporain, et à notre avis plus encore que jadis, l’individu ne peut et ne doit demeurer isolé : le philosophe comme le chef d’entreprise, le poète et l’artiste comme l’homme d’action, chacun se doit d’apporter sa propre contribution, si modeste soit-elle, à l’évolution de notre Société.
Ainsi, entrer dans notre Ordre offre la satisfaction et même le bonheur de rencontrer des “confrères” et de s’unir à eux, au sens le plus pur et le plus désintéressé du terme, pour réaliser en commun les objectifs définis par des préceptes qui sont rappelés au cours de chaque cérémonie d’intronisation et que les postulants font serment de respecter leur vie durant.
Devenir Maistre Anysetier n’est pas une fin, mais au contraire le début d’une nouvelle vie fondée sur l’engagement de respecter nos préceptes. Nous ne souhaitons pas recruter des “adhérents d’un jour”, si belle et majestueuse que soit la cérémonie d’adoubement.
Que signifie cet engagement ? Avant d’adouber le postulant, le Grand Maistre demande publiquement l’aval de son Chapitre. Lorsque les Dignitaires présents répondent : “il en est digne !” il ne s’agit pas de juger sa façon de déguster le breuvage anisé qui lui est présenté, et qui n’est qu’un symbole de communauté ; il s’agit en réalité de proclamer que les qualités personnelles de l’impétrant le rendent digne d’être élevé à la dignité de Maistre Anysetier.
Aucune publication trouvée.
Aucune publication trouvée.
Aucune publication trouvée.
Aucune publication trouvée.